Une plume, des mots

Une plume, des mots... Des coups de coeurs et des rêves. Le tout en poèmes, parfois construits, parfois simple rivière de mots s'enchainant en chantant... Et des photos, des couleurs ramenées de mes promenades, et tout ce qui passe devant mon objectif

29 octobre 2016

Lignes de fuite

Solitude...
La rivière en contrebas
Murmure,
Étoilant le silence virginal
De petits éclat de cristal...
Je m'enfuis sur les rails rouillés
Du temps qui passe.

Barrière métallique

Posté par Djoe l indien à 19:52 - - Commentaires [ 10] - Permalien [ #]
Tags : , , ,


21 juin 2016

Souvenirs à venir

C'est grand-mère le soir qui contait la nature,
La brume au fond du coeur, du fond de son fauteuil
Aux larges accoudoirs et elle en miniature,
Dans ce sous-sol obscur des bas-fonds d'Argenteuil,

Et nous, nous écoutions, les pupilles luisantes
De trop imaginer le souffle de l'autan
Dans les branches de l'arbre et ses feuilles bruissantes,
Le chat-huant perché, le renard grelottant.

Elle contait sans fin les soirs à la terrasse
A mirer le couchant ajustant ses atours,
Avant que de son noir la nuit ne le terrasse,
Et qu'une lune au loin n'allume les contours

Des bois environnants où le hibou s'éveille...
Et nous ? Nous écoutions, le coeur ensorcelé
Par la voix qui disait le jardin qui sommeille
Sous un ciel apaisé, d'étoiles constellé...

Grand-mère aussi contait la fureur de l'orage,
Les éclairs crépitant sous les nuages lourds,
Les yeux éberlués à travers le vitrage
Et les coups de tonnerre à en devenir sourd !

Et nous, nous écoutions, à nous en vriller l'âme
Pour tenter d'inventer le soleil et le ciel,
Les fleurs dans la vallée et l'oiseau qui déclame
La geste du printemps, et l'abeille, et le miel...

Elle contait toujours, comme pour être sûre
De ne rien oublier : le ruisseau serpentant
Sous les reflets d'argent, le gel et sa morsure,
L'amour au bord de l'eau qui arrête le temps.

Et nous ? Nous écoutions, esquissant des peintures
Sur le fond de nos yeux, la chèvre dans l'enclos
Qui gambade gaiement, l'automne et ses teintures,
Ou dans le petit jour la rose qui éclot...

Mais grand-mère bientôt ne dira plus d'histoire,
Emportant ses récits dans le froid de sa nuit,
Et plus ne revivra du fond de sa mémoire
Le coucou en avril, le pinson sous le buis,

Et nous, nous écrirons les légendes futures
Qui parleront d'avant, de l'orge qui mûrit,
De la biche qui fuit au milieu des pâtures,
De l'herbe qui verdit, du lilas qui fleurit...

Le 26/06/2015 © JFP

Posté par Djoe l indien à 22:30 - - Commentaires [ 2] - Permalien [ #]
Tags : , , , ,

25 avril 2016

Le chat d'Auria

Le petit chat était, en fait, un gros matou,
Un vieux pacha râleur qui jouait les carpettes,
Laissant au loin dehors les dieux et leurs tempêtes
Jouter sur les sommets venteux du mont Ventoux.

Le petit chat rêvait de voyager partout
Mais restait bien au chaud bercé du feu qui pète
Tant il aimait chauffer ses augustes roupettes,
Devant l'âtre étalé, les pattes n'importe où...

Le foyer ronronnait de sa chaude musique
Et son reflet dansant, au roux métaphysique,
Agitait la fourrure et parait le minet

De bijoux d'ambre et d'or, fantasque farandole.
Le petit chat rêvait, en songe imaginait
On ne saura jamais qu'elle aventure folle...

Le 10/02/2016 © JFP

Un chat rencontré chez Auria, donc, au détour de je ne sais plus quel message auquel je répondais en parlant de son "petit chat" :-)

Posté par Djoe l indien à 22:12 - - Commentaires [ 4] - Permalien [ #]
Tags : , , ,

14 avril 2016

Indiscrétion

Raser les murs
Imaginer ce qui se cache
Là, derrière les volets
Surprendre les murmures
Petits morceaux de vie volés
...

Zenith St-Etienne

Posté par Djoe l indien à 09:08 - - Commentaires [ 2] - Permalien [ #]
Tags : , , , ,

14 mars 2016

Parallèles

Aller et revenir
Prendre un chemin
Ou bien un autre
Si proche et si lointain
Pour se croiser
ici
Ou bien à l'infini

Rails enneigés

Posté par Djoe l indien à 22:04 - - Commentaires [ 8] - Permalien [ #]
Tags : , , ,


14 février 2016

Détournement d'image

Une idée survenue en regardant cette page chez Vi revolte, l'image originale est facile a trouver.

Comme elle dit en titre de message : ça déborde (d'imagination) :-)

Allée d'arbres

Posté par Djoe l indien à 13:16 - - Commentaires [ 8] - Permalien [ #]
Tags : ,

07 février 2016

Jouer avec les mots

Quelques mots écrits lors de l'atelier d'écriture au Remue-Méninges (pour les stéphanois, pour les autres ça peut faire loin).

Personne n'avait prévu de sujet, alors on a pioché les mots suivants dans le dictionnaires, ne restait plus qu'à les placer dans un texte : morille / debout / surface / possibilité / exploser / orgiaque / maïserie / coefficient / holocauste / bourrique.

***

Ah, la bourrique qui nous a trouvé un inducteur pareil... J'ai l'impression de sécher comme une vieille morille qu'on aurait faite exploser sur la surface d'une ancienne maïserie.
"Reprenons-nous !" me dis-je intérieurement. Oui, nous sommes plusieurs, je dois bien l'avouer. C'est pratique parfois : ça multiplie les possibilités d'inspiration ! Mais là ça me semble un peu moyen, comme si on était plusieurs à sécher. Mais il est vrai que les morilles sortent souvent en bande, c'est connu.
D'ailleurs, on raconte à voix basse leurs folles soirées orgiaques partout dans les sous-bois ! Des soirées où même le mycélium se met debout. Enfin, on raconte, on raconte... Vous savez ce que c'est hein, on raconte mais on ne sait pas, juste des on-dits, des bla-bla dont le coefficient de véridicité est proche du zéro...
Tout ça pour dire en fait que je n'aime pas les morilles, et que je verrais bien un joyeux holocauste pour danser autour du feu !

*** Il me restait du temps, j'ai pris les mots dans l'ordre ***

Une morille debout sur la surface des possibilités vient d'exploser au milieu d'une orgiaque soirée qui se tenait au fond de la maïserie. Le coefficient 100 sur l'échelle des improbabilités a été donné à cet holocauste par le club des bourriques.

*** Il me restait toujours du temps, je les ai repris dans l'ordre inverse ***

Deux vieilles bourriques regardaient l'holocauste des coefficients que préparait le club des anti-matheux derrière la maïserie. Cette orgiaque réunion a fait exploser la possibilité qu'une surface puisse se tenir debout sur une morille.

*** J'avais écrit assez de bêtises, je me suis arrêté là ***

Posté par Djoe l indien à 10:43 - - Commentaires [ 10] - Permalien [ #]
Tags : , ,

01 janvier 2016

Une année nouvelle

qui commence bien : je viens de me rendre compte qu'aucune de mes réponses aux commentaires du messages précédent n'étaient passée !
Heureusement que je ne fais pas souvent le ménage dans ma boite au lettres (tiens, à noter dans les résolutions...). Je les ai posées là où elles doivent être si jamais elles n'avaient pas non plus été transmises par mail ;-)


 

Bon, ceci dit, tout le monde ayant déjà souhaité partout tout ce qu'il peut y avoir de plus agréable, je fais quoi, moi ? Je répète la même chose ou pas ?

Non parce que, comme je viens d'être mis de mauvaise humeur, je pourrais p't'être souhaiter plein de choses désagréables, pour changer...

Mais sachant que je suis presque sûr que les choses désagréables ont plus de chances d'arriver que les autres, on risquerait de m'en tenir rigueur, voire carrément de m'en rendre responsable ! Et je ne veux pas être responsable du prochain avion qui tombe, du chien qui mord mémé ou du chat qui pisse sur le canapé !

Je vais donc me contenter de vous souhaiter que rien de désagréable ne vous arrive cette année, ce sera déjà ça de pris lorsque vous serez en vue de sa fin. Et d'ici-là, amusez-vous bien... Mais pas de bêtises hein ! On sait comment ça fini, et je ne veux pas que ce soit de ma faute :-)

Posté par Djoe l indien à 21:11 - - Commentaires [ 12] - Permalien [ #]
Tags :

15 novembre 2015

Prendre de la hauteur

Se glisser dans l'azur
Porté par une brise
N'être plus qu'un jouet
Entre les mains d'Eole
Et se laisser griser
D'une aventure folle

Montgolfières (1)

Montgolfières (2)

Posté par Djoe l indien à 14:48 - - Commentaires [ 6] - Permalien [ #]
Tags : , , , ,

22 août 2015

Tention la tête !

Sans compter qu'il ne semble pas très stable à la base, cet escalier...
J'ose espérer que ce n'est pas lui qui soutient l'immeuble !

Un escalier vers nulle part

Une petite curiosité dénichée à Bayonne.Je dois en avoir une ou deux autres pas mal aussi :-)

Posté par Djoe l indien à 21:19 - - Commentaires [ 13] - Permalien [ #]
Tags : , , ,