Une plume, des mots

Une plume, des mots... Des coups de coeurs et des rêves. Le tout en poèmes, parfois construits, parfois simple rivière de mots s'enchainant en chantant... Et des photos, des couleurs ramenées de mes promenades, et tout ce qui passe devant mon objectif

27 octobre 2015

Le vallon d'Autre-Monde

C'est un endroit magique, aux confins de ce monde,
On n'y accède pas sans la bénédiction
D'un sylphe ou d'un esprit de la forêt profonde,
En même encore ainsi, c'est avec précaution !

Les arbres sont retors des branches aux racines,
Traîtres sont les ruisseaux qui coulent sans un son,
Lustrant sous leur miroir les pierres assassines
Qui plongent le distrait au milieu des poissons.

Dans les sous-bois des fleurs, aux effluves mortelles,
Disséminent dans l'air leur doucereux poison
Qui te fera danser de folles tarentelles,
Jusqu'à te voir au soir tomber en pâmoison.

C'est un endroit unique habité par des elfes,
Des lutins des sorciers, des licornes aussi,
Un vieux faune et sa flûte, allongé sur le trèfle
A lutiner sa muse au regard indécis...

Le temps s'est arrêté, murmure la légende,
Et s'arrête pareil pour tous ceux qui s'en vont
Loin sous le bois épais, tout au bout de la lande,
Pour prendre ce chemin que garde un fier griffon

Sourd à la facétie. A ses pieds on ne passe
Qu'une fois dans la vie, et quiconque chemin
Rebrousse tout soudain sous ses griffes trépasse,
Etirant sur le sol une nappe carmin...

C'est un lieu mirifique aux bords de l'utopie,
Par la lune bercé de reflets de diamants
Qui projettent sans bruit, sur la flore assoupie,
Un voile de blancheur aux soyeux filaments.

Il s'y déploie un lac aux vagues d'émeraude,
Où baignent sans pudeur des nymphes aux corps nus,
Ambrés par un soleil en quête de maraude,
Sur ces courbes de soie aux faux airs ingénus...

Mais la légende en a, hélas, perdu la carte
Et les rêves sont seuls à savoir le sentier ;
Dès que mes yeux sont clos j'aperçois la pancarte
Qui m'invite à glisser, juste sous l'églantier.

Le 16/05/2015 © JFP

Posté par Djoe l indien à 18:43 - - Commentaires [ 15] - Permalien [ #]
Tags : , ,


01 mai 2011

Les yeux de la forêt

Au détour d'un chemin la foret te surveille
De son oeil gris et torve elle observe tes pas
Malheur à toi passant qui son repos éveille!
Tu pourrais bien passer de la vie à trépas

Un vieux hêtre épuisé qui chute sur ta route
N'est-ce bien que hasard, ou avertissement?
Je te le dis l'ami il ne fait aucun doute;
Prends ton chemin à rebrouss'poil et file avant!

Cette traitre racine à qui ton pied s'accroche,
Etait-elle bien là, la seconde d'avant?
Te voilà aussitôt le nez contre la roche
Ne crois pas au hasard, ni à l'enchantement

Au détour d'un chemin la forêt te surveille
Elle vit elle joue, elle observe tes pas
Elle t'en veut manant, de souiller ses merveilles!
Rentre chez toi avant que d'être son repas...

Ce sentier si charmant ne serait-il un piège?
Et si tu y descends, sauras-tu remonter?
L'idylique vision n'est qu'un vil sortilège,
La cascade plus bas rêve de t'emporter!

Sous sa brume légère aux fines gouttelettes
Se camoufle une ondine attendant son amant
Jouant de l'eau qui danse en douces ondelettes,
Construisant ton cachot de ces scintillements.

Au détour d'un chemin la forêt te surveille,
Compte chacun des pas qui bientôt te perdront,
Se gausse d'une chute et déjà s'émerveille
Du diadème laissé en relief à ton front...

Arrête promeneur, la forêt et ses elfes
Ne veulent pas de toi! Retourne en ton logis
Avant que de manger les racines des trèfles...
La peur au ventre cours! Jusqu'aux îles Fidji!


Le 06/03/2011 © JFP

Posté par Djoe l indien à 23:12 - - Commentaires [ 5] - Permalien [ #]
Tags : , , , ,